outils en toute sécurité

Houlà, ça faisait un bail que je n’étais pas passée par ici moi! Laissez moi retirer les toiles d’araignées qui traînent et dépoussiérer un peu tout ça, voilà, c’est mieux, installez vous, je vous en prie.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles que je me suis faite rare ces temps ci. Mon emploi du temps de fou de ces derniers mois joue sans doute un rôle là dedans , et le fait d’avoir l’impression de ne pas avoir grand chose d’essentiel à raconter surtout. Bon, et puis, un petit accident fâcheux en cuisine m’a valu un tour au bloc opératoire et une main droite pas très pratique à utiliser pendants quelques temps aussi. Heureusement que je suis gauchère! Je vous passe les détails, mais rassurez vous tout de même, c’est en bonne voie de guérison.

Ceci dit, c’est cet accident avec un objet très tranchant qui m’a donné l’idée de cet article, et donc, c’est quelque part grâce à lui que je suis de retour par ici. Je n’irai pas jusque remercier ma maladroitesse, mais j’essaie tout de même de trouver le positif dans cette situation. Tant que je n’aurais pas récupéré l’usage de tous mes doigts, je vais éviter le DIY, mais ça ne veux pas dire que vous, vous devez vous arrêter! Et puisqu’on parle d’objets tranchants et d’accidents, je vais profiter de ma malencontreuse expérience pour vous donner quelques conseils pour vous éviter les urgences. j’ai testé pour vous, dirons nous!

Vous vous direz peut être que vu l’état de ma main droite, je suis mal placée pour vous donner des conseils à ce sujet. Et c’est peut être vrai. Ceci dit, j’ai tout de même envie de vous rappeler que globalement, je manie beaucoup plus d’outils coupants/tranchants que la plupart des gens, que je bricole très souvent et que je n’ai pas peur de grand chose concernant les outils. Et mine de rien, c’est la première (et dernière 😉 ) fois que je me fais vraiment du mal. Qui plus est, je me suis attaquée toute seule avec un couteau de cuisine, et pas du tout pendant un DIY… Du coup, j’ai quand même encore les probabilités avec moi! (Mauvaise foi bonjour?)

On va arrêter avec l’intro la plus longue du monde, et attaquer le vrai contenu de l’article ok?

Conseil n°1 : de bons outils tu choisira

Je ne suis pas en train de dire qu’il faut que vous choisissiez des outils chers mais des outils de bonne qualité. Une lame bien droite et qui coupe convenablement par exemple. Entre un cutter « marque de distributeur » et un cutter de bonne qualité, il n’y a souvent que quelques centimes de différences. Quel prix vous donnez à votre index droit vous? (Si vous voulez une copie de la facture du chirurgien pour vous convaincre, ça peux s’arranger!)

Conseil n°2 : de tes outils tu prendras soin

Quitte à avoir payé un peu plus cher, autant ne pas avoir à les changer trop souvent. Cela signifie donc nettoyer lames et manches lorsqu’il sont tachés de peinture, de colle ou de tout autre substance qui pourrait nuire à leur tranchant ou bien au confort du manche?.

Conseil n°3 : un outil aiguisé tu garderas

Selon les outils, changer les lames régulièrement aide beaucoup, les aiguiser quand c’est possible aussi. Même si cela n’a pas été mon cas, c’est souvent à l’aide d’une lame émoussée que l’on se fait le plus mal. La lame coupe mal, on appuie trop fort, on contrôle moins bien son outil, et « BAM » accident… Dommage non? Cela aurait été tellement facile à éviter!

Conseil n°4 : un outil adapté à ton usage tu utiliseras

Il existe un outil pour chaque usage. Techniquement même, il existe plusieurs outils pour un même usage.  Généralement, la bonne pratique à avoir, c’est d’éviter les choses trop spécialisées, ou trop généralistes. Je ne dis pas qu’il faut avoir des milliers d’outils, mais par exemple, avoir une scie sauteuse avec une bonne gamme de lames variées selon les matériaux que l’on souhaite couper est un bon moyen de rentabiliser un achat un peu onéreux (l’appareil « scie ») en y ajoutant une gamme d’accessoires permettant de varier son utilisation. (Lames, guides de découpe…)

Conseil n°5 : des multi-outils de qualité tu privilégieras

Si vraiment vous n’avez pas les moyens d’investir, ou pas la place de stocker tout un atelier, je vous conseille de regarder un peu les outils « multi usage » qui peuvent être intéressants et faire gagner de la place. Par exemple, une dremel (outil rotatif avec pleins de têtes qui permettent de faire tout un tas de trucs) est hyper pratique lorsqu’on est en appartement, on peut, poncer, percer, découper, polir, limer avec et ça remplace tout un tas d’outils plus encombrants. En parlant de multi-outil, j’ai eu l’occasion de tester un des multi tool de la marque Leatherman, grand leader dans la catégorie je crois. Et j’ai compris pourquoi ils en sont leaders je pense. Je dois bien avouer qu’avec mon accident, j’ai quelques réticences à utiliser des couteaux en ce moment. (Vous la voyez l’ironie de la situation vous?) Et pourtant, dès la première prise en main, j’ai été hyper rassurée par le leatherman.

Le poids en main, sa taille parfaite pour mes mains (j’ai choisi un petit modèle, le SKELETOOL)et son acier inspirent la confiance. La sécurité permettant de bloquer la lame est simple à utiliser, elle semble tout à fait solide et fiable. C’est un concentré de fonctionnalités : lames, pince, tournevis, décapsuleur. Tout ça hyper compact et léger grâce à son design alvéolaire. (Parfait pour un sac à main… ou une poche de jean!)

J’étais habituée aux multi-outils  peu pratiques et fiables. (tournevis à tête interchangeable, je parle de toi!) Mais là, j’ai testé toutes les configurations du skeletool, et dans aucun cas il n’a été moins pratique que son équivalent « mono-usage ». Je suis assez bluffée, je dois bien l’avouer! Mon seul regret : je trouve les embouts des tournevis un peu difficiles à attraper dans leur petit rangement.

Mais je me dis aussi que c’est ce qui va garantir qu’il ne se baladeront pas dans ma poche!

Conseil n°6 : Les distractions tu éviteras

C’est certainement là que j’ai fauté le mois dernier. Je n’ai pas été assez attentive et croyez moi, j’aurais préféré m’en passer… On ne peux hélas pas être attentif à 100%, tout le temps. Néanmoins, on peut contrôler au maximum l’environnement dans lequel on travaille pour limiter les distractions. Eteindre la TV, ne pas tenir une discussion philosophique animée, s’éloigner des téléphone et des animaux de compagnie, éviter de faire 12 choses à la fois. Tout ça aide à maintenir sa concentration sur ce qu’on fait, et non pas sur notre environnement.

Conseil n°7 : un bon environnement de travail tu auras

On ne peux pas tous avoir un atelier, d’ailleurs, moi, je bricole dans mon salon. Néanmoins, il faut tout de même prêter attention à certains points qui évitent les ennuis.

  • Un plan de travail bien stable et solide
  • Un espace de travail bien éclairé. Le must : de la lumière naturelle bien répartie et venant de devant nous
  • Avoir un peu d’espace pour travailler et se déplacer autour du plan de travail
  • Un sol qui ne glisse pas (et pas trop galère à nettoyer… la menuiserie sur un tapis, c’est pas terrible, croyez moi!)
  • Des vêtements adaptés (Pas de manches trop larges, des tissus un peu protecteurs, des chaussures fermées…

 

Si vous avez d’autres conseils de sécurité, n’hésitez pas à me les donner en commentaires, ma liste n’est certainement pas exhaustive et je serais ravie de mettre mon article à jour avec vos suggestions!

A bientôt !

Rendez-vous sur Hellocoton !

De quels outils ai je besoin pour l’entretien de mon logement?

Hello tout le monde, ça fait un bail que je n’avais pas écrit par ici! J’avais envie de vous partager cette chouette infographie publiée par le site RS online qui récapitule les outils qui sont nécessaires pour différentes petites tâches du quotidien comme accrocher une tringle à rideaux ou bien repeindre un mur.  Et ça va me permettre au passage, de parler un peu outillage! Youpi! 🙂

outils

 

Ce que l’on peut remarquer, c’est que pour la plupart des tâches qui permettent de donner un coup de propre et de jeunesse à notre chez nous, finalement, il ne faut pas tant d’outils que ça. Une bonne trousse à outils de base est amplement suffisante pour débuter.

Et d’ailleurs, j’avais envie de vous donner une petite astuce cadeau sympa! Si vous connaissez des gens qui s’installent pour la première fois tout seul, ou bien qui achètent un bien immobilier pour la première fois, leur offrir comme cadeau de pendaison de crémaillère une petite trousse à outils avec les basiques est un super cadeau. On n’y pense pas forcément, mais elle permettra au nouvel arrivant de pouvoir s’installer sans avoir à courir les magasins de bricolage. Et si on table sur des kits d’outils tout fait, cela ne revient pas à bien cher !

Le contenu du kit que j’offre ? Quelques tournevis, un marteau, du papier de verre, des vis et des chevilles, une petite scie, quelques pinces. Rien de bien farfelu, mais que des choses utiles! Vous savez, ce genre de trucs dont on ne se rend compte que ça nous manque que lorsqu’on en a un besoin urgent! 🙂

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une lampe retro-moderne

Me voici de retour pour la vidéo du dimanche, qui parait un lundi… Vivent les problèmes d’informatique hein! Aujourd’hui (ou plutôt hier en fait…) j’ai réalisé une lampe en bois. L’idée m’est venue lorsque j’ai appris qu’il existait maintenant des ampoules LED qui ressemblaient comme 2 gouttes d’eau aux ampoules eddison. (Oui, vous savez, les jolies ampoules à l’ancienne avec un filament complexe et un renflement sur le verre qu’on voit dans tous les cafés un peu hipsters!) Du coup, j’ai eu envie de fabriquer un truc qui me donnerait une bonne excuse pour acheter une de ces ampoules. Car oui, pardonnez moi si je ne change pas immédiatement toutes les ampoules de mon appart à cette nouvelle!  A raison de 12 balles l’ampoule, je resterais une vilaine blogueuse avec mes ampoules moches pour le moment!

Petite précision : j’ai volontairement omis de vous expliquer comment réaliser le montage électrique de la lampe. En effet, pour des raisons de sécurité, je pars du principe que si vous savez faire, vous n’avez pas besoin de mes explications. Par contre, si vous ne savez pas faire, demandez plutôt à quelqu’un de votre entourage plus calé de vous le faire ou de vous montrer, ce sera plus prudent! On ne rigole pas avec l’électricité! SAFETY FIRST!

Ce projet a été une excellente excuse pour me permettre d’enfin tester mon nouveau joujou! Un outil rotatif sans fil de la marque Shesto qui m’a gentiment été envoyé par le site RS ONLINE pour que je puisse le tester.

LE TEST :

 

DSC_4442mods

Dans cette petite trousse d’un jaune pas très discret, mais très pratique, se trouvaient donc l’outil, sa batterie et un chargeur avec 2 adaptateurs. (Au cas où j’ai envie de poncer des trucs à Londres, je suis parée!) Se trouvait aussi la garantie, une petite lampe LED à visser sur l’outil ainsi qu’une centaine de petits accessoires interchangeables bien rangés dans une petite boîte en plastique.

DSC_4450mods

Au premier abord, j’ai été très impressionnée par la praticité de l’ensemble, des élastiques maintiennent tout en place dans la trousse, le tout est très compact, la trousse et la boite contenant les outils s’ouvrent et se ferment facilement. Sans même allumer l’outil, j’ai apprécié le soin apporté aux détails et à l’ergonomie de l’ensemble.

 

Concernant l’outil en lui même maintenant. J’ai apprécié la présence d’une charge de courtoisie dans la batterie qui m’a permis de tester l’ensemble dès le déballage, et j’ai trouvé l’usage de l’outil en lui même très simple et évident. Un seul bouton tournant permet d’allumer l’engin et de changer la vitesse de rotation. Et un autre bouton permet de bloquer la tête afin de pouvoir visser et dévisser les outils. J’ai tout de suite compris de manière intuitive comment il fonctionnait alors que je n’avais encore jamais eu d’outil similaire en main, et ce, sans mode d’emploi. C’est ici que je ferais un petit reproche à l’ensemble. En effet, j’aurais apprécié la présence d’un mode d’emploi dans la trousse. En effet, même si l’usage global de l’outil est hyper évident à comprendre, je reste perplexe devant pas mal des accessoires proposés. J’ai vite compris à quoi servaient les forets et les petits ronds en papier de verre. Mais il y a tout un tas d’accessoires dont j’ignore totalement la fonction. La seule solution que j’ai trouvé : aller sur le site d’un concurrent pour chercher des équivalents visuels des accessoires… Dommage!

DSC_4446mods

A l’usage, j’ai trouvé que l’outil faisait le job plutôt bien, le moteur est bien assez puissant pour mon usage personnel. (Pas de soucis pour poncer du pin avec, même sans être à fond!) L’autonomie d’une batterie n’est pas exceptionnelle, mais pas non plus mauvaise. Elle a tenu environ 1 demi heure à plein régime, mais elle se recharge très vite. J’investirais peut être dans une seconde batterie pour pouvoir tourner.

Au niveau de l’ergonomie, l’outil est léger, même avec la batterie, le côté sans fil est vraiment très appréciable. C’est la première fois que je me sers d’un outil sans fil, et je pense que je vais vite y prendre goût!  La forme en elle même de l’outil est simple, mais me convient tout à fait. Je préfère un simple cylindre à quelque chose de profilé qui ne me conviendrait pas forcément. Ben oui, en tant que gauchère, 9 fois sur 10, les trucs ergonomiques ne me conviennent pas du tout. Alors je préfère la simplicité, c’est plus sûr!  Par contre, le bouton n’est peut être pas idéalement placé j’ai eu tendance à changer la vitesse involontairement en bougeant l’outil lorsque je travaillais. Après, il ne tient qu’à moi de prendre l’habitude de ne pas le tenir du côté du bouton je pense! J’ai qu’à faire attention à ce que je fais aussi! 😉

Dernier petit truc au sujet de cet outil, j’ai adoré la petite lampe LED que l’on peut visser au bout de l’outil pour voir ce que l’on fait! Comment vous aurez pu le remarquer à la luminosité défaillante de ma vidéo du jour, j’ai tendance à bricoler le soir, et du coup, avoir une lumière précise, et dirigée vers ce que je fais est top! Je me demande juste un peu comment changer les piles de cet accessoire lorsqu’elles seront vides!

DSC_4455mods

Je suis ravie de ce nouvel arrivant dans ma boîte à outil, je pense que vous allez souvent le revoir dans mes vidéos! Il ouvre tout un tas de possibilités de projets vers lesquels je ne me serais jamais aventurée sans, comme par exemple de la sculpture de mousse EVA ou tout simplement comme le projet du jour qui m’aurait paru galère au niveau du trou si je n’avais pu me servir de cet outil pour poncer le trou qui permet de laisser passer la douille.

Sur ce, je vous dis à dimanche prochain pour une nouvelle vidéo! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma chaîne en 2017 : blabla et aquarelles Sennelier

Déjà, j’ai envie de vous souhaiter une super très trop bonne année 2017!

Dans la petite vidéo du jour, j’ai eu envie de profiter d’un petit speedpainting à l’aquarelle pour vous parler un peu des évolutions de ma chaîne youtube en 2017. En effet, il se trouve que ma vraie vie vraie a un peu pris le pas sur les vidéos ce dernier mois. (ça arrive hein ^^) Du coup, il va falloir que je fasse quelques changements par ici!

Pour résumer, il va être compliqué pour mois ces prochains temps de garder le même rythme (un peu effréné) de 2 vidéos publiées chaque semaine sur ma chaîne. C’est le rythme que j’avais à l’automne mais j’ai repris une activité salarié classique après 18 mois de freelance. Du coup, mon temps libre est moins facilement répartissable dans la semaine. Je suis enchantée de recommencer à bosser avec des gens et je suis ravie de cette évolution de ma carrière. Mais clairement, il va falloir que je fasse preuve de créativité organisationnelle pour pouvoir filmer ces prochains mois.

Mon principal problème est simple. Je tourne en lumière naturelle, et en ce moment, on a environ droit à 2H30 de vrai jour tout les 24 heures… alors dur dur d’avoir de jolies images lumineuses sans éclairages artificiels!

Mais bon, il s’agit juste de soucis d’organisation!

Et je compte bien trouver des solutions, car tourner me manque drôlement!

Au niveau du contenu, ça va un peu évoluer aussi, car avec moins de vidéos, j’ai envie de vous proposer du contenu d’encore meilleure qualité. Qu’est ce que ça veut dire? Plus d’exigence au niveau du design de mes projets d’une part, mais aussi des projets un peu plus complexes techniquement. Pourquoi ça? Car j’aime les challenges et que je sens que je me suis un peu trop reposée sur ce que je sais déjà faire. Alors si je veux que faire des vidéos reste fun pour moi, il faut que je sorte de ma zone de confort et que je m’éclate dans les projets que je vous propose!

En tout cas, je vous souhaite à nouveau une super bonne année 2017! J’espère que toutes vos envies se réaliseront. Santé, amour, abondance et beaucoup de rires!

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’impact écologique de la décoration

J’ai décidé de vous parler aujourd’hui d’un sujet un peu plus sérieux. Rassurez vous, on reste tout de même dans le même domaine car on va parler de l’impact écologique de la décoration.

Cette vidéo prend son origine dans une lassitude que je ressens depuis quelques temps devant les encouragements constants à la surconsommation dans le domaine de la décoration et de l’aménagement. J’ai la sensation que le mobilier en particulier est devenu terriblement jetable, à usage unique pendant une saison. Ce qui, pour des objets de cette échelle, a un impact dramatique sur la quantité de déchets jetés par chacun.

Du coup, tout au long de cette vidéo, j’expose rapidement en quoi je trouve ce phénomène inquiétant. Puis je détaille quels sont les types d’impacts au niveau écologique que la déco peut avoir.

Mais rassurez vous, la vidéo termine sur quelques pistes de solutions pour réduire son impact écologique tout en ayant une décoration à notre goût.

Vous savez quelle est l’une des principales raisons pour lesquels j’adore le Do It Yourself? c’est sans doute car il me permet d’assouvir mon goût pour l’aménagement tout en limitant mon impact écologique. Je réutilise, je répare, je customise, je transforme mon environnement à volonté. Tout ça à la force de mes petits doigts gourds. Bon, et certainement aussi car je n’aime pas dépenser une fortune pour tout ça! 😉

Je n’ai pas réalisé cette vidéo pour culpabiliser qui que ce soit. Mais plutôt pour expliquer un peu mieux ma démarche au quotidien. J’avais juste envie de vous donner quelques pistes pour réduire cet impact écologique simplement.

J’espère que cette vidéo vous a intéressé, pour rappel, je ne suis pas du tout une experte de l’écologie, donc si je dis des bêtises, pardonnez moi, et corrigez moi en commentaire ok?

A la semaine prochaine pour une autre vidéo! 🙂

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un calendrier de l’avent de dernière minute!

Vous n’aimez pas les calendriers de l’avent du commerce? Vos spécificités alimentaires vous empêchent d’en profiter? Pas de soucis, avec ce petit projet vous aurez votre propre calendrier de l’avent, super joli, facile et rapide à réaliser. Le mieux? Il utilise toutes ces chutes de papier cadeau dont on ne sait jamais quoi faire!

Vous aurez besoin des éléments suivants pour ce calendrier de l’avent :
  • du papier à imprimante un peu épais
  • des chutes de papier cadeau
  • de la colle
  • un cutter ou des ciseaux
  • un stylo bille
  • du ruban/bolduc/ficelle
  • Des étiquettes
  • Un panier de récupération (vous pourrez le récupérer à la fin du mois ^^)
  • Le modèle à télécharger ICI

Ce petit système de boite tout simple peut être aussi utilisé pour emballer des petits cadeaux comme des bijoux, ou bien même faire des décorations pour votre sapin avec!

D’ailleurs vous pouvez envisager de vous servir de votre sapin comme support pour votre calendrier de l’avent! Disséminez vos mini-boites à chocolat au milieu des décors de votre sapin, et une mini chasse au trésor quotidienne est lancée pour le mois de décembre!

Et si vous n’aimez pas le chocolat, remplissez les boites avec des petits mots gentils à l’attention de la personne pour qui est le calendrier, ou bien avec des bons pour des activités à faire ensemble, comme par exemple « Bon pour un repas fait maison de ton choix » ou bien « bon pour une soirée jeux de société ». Parceque souvent, de petites attentions comme celles ci font encore plus plaisir que du chocolat!

Passez un joyeux mois de décembre! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Matériel d’aquarelle, où économiser?

Je vous retrouve aujourd’hui pour 2 choses. Toutes les deux liées à ma dernière lubie du moment : l’aquarelle.

aquarelle concarneau

Tout d’abord, je suis ravie de vous annoncer (juste à temps pour Noël) l’ouverture de ma boutique en ligne sur le site redbubble. Vous pourrez y trouver tout un tas d’objet ainsi que des reproductions de mes dernières aquarelles. En particulier la série que j’ai appelé « Leaffy Friends » que ceux qui me suivent sur Instagram connaissent bien maintenant!

MA BOUTIQUE RED BUBBLE

 

aquarelle 1

 

De plus, dans ma vidéo du jour, je vous parle un peu de mon matériel d’aquarelle et de quel matériel acheter lorsqu’on débute. Tous mes conseils pour savoir là où économiser et là où dépenser un peu plus. Afin d’avoir pour avoir le meilleur rapport qualité prix et prendre plus de plaisir à peindre.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Choisir un métier? La vocation artistique… ou pas!

Cela faisait longtemps que je n’avais pas évoqué en vidéo mon métier d’architecte d’intérieur! Et il se trouve que la re-découverte d’un livre qui a été fondateur dans mon parcours m’a poussé à m’interroger sur la notion de vocation.

Je ne fais pas partie de ces gens qui ont toujours su ce qu’ils allaient faire de leur vie. Bien au contraire, je me décris comme une indécise chronique. Et même aujourd’hui, du haut de ma 3ème dizaine qui se termine, je ne sais toujours pas trop ce que je compte faire de ma vie pendant cette nouvelle décennie que j’entame… Avoir une vocation? C’est bien trop définitif pour moi!

Mais finalement avec le recul, mon parcours un poil chaotique m’a mené à un endroit plutôt sympathique. Et c’est ce que j’ai envie de retenir de tout ça.

Avoir une vocation, c’est beau.

Mais tout le monde n’en a pas, et ce n’est pas grave. Finalement, se diriger au gré de ses goûts et de ses envies, dans la limite du raisonnable, est une manière de s’orienter qui m’a plutôt bien réussi. Alors rassurez vous, orientez vous en fonction de vos envies actuelles et non pas de l’image que vous avez d’un futur métier. Petit à petit vous arriverez à esquisser le métier qui vous conviendra, j’en suis sûre!

Sur ce, je vous dis à très vite pour une prochaine vidéo! (Il se pourrait qu’on parle de Noël bientôt!)

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Fabriquer ses propres stickers

Ah, les stickers muraux. Je n’arrive pas à croire que je vous fait un article dessus. J’ai toujours été la première à les décrier et à bouder lorsque j’en voyais en magasin ou à la télé.

On change tous d’avis non?

Nan, plus sérieusement, ce qui m’a toujours perturbée, c’est que les motifs des stickers sont toujours un peu les mêmes et rarement à mon goût. Et vous me connaissez, je ne suis pas du genre à mettre chez moi la même chose que chez les autres.

Oui, mais dans ce cas là, pourquoi ne pas utiliser de la peinture pour créer les motifs que l’on veut? Tout simplement car la peinture demande plus de travail et est plus permanente. Le sticker est pour moi plus un bon moyen de tester des trucs dont on n’est pas sûrs, ou bien dont on sait déjà qu’on va se lasser. Une déco temporaire pour tester des trucs plus risqués que ce que l’on aurait osé normalement. Un bon moyen de sortir de sa zone de contrôle, ou bien tout simplement de s’amuser.

Et pour cela, quoi de mieux que de les fabriquer soit même, à son image, pour une fraction du prix que des stickers achetés dans un magasin de déco? Et c’est ça que je vais vous montrer aujourd’hui.

Ah, et si jamais vous voulez reproduire exactement le même motif que moi, vous pouvez le télécharger ici en trois parties :

La queue du chaton 

La papatte du chaton

La seconde papatte et le museau 

stickers-chaton

 

Matériel nécessaire pour fabriquer des stickers :
  • Un rouleau d’adhésif uni de la couleur de votre choix
  • Un cutter
  • Des ciseaux
  • Votre motif dessiné à la main ou imprimé
  • De la colle (en bombe ou liquide)

 

A vous de jouer! Et nous, on se retrouve très vite pour un prochain tuto!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Souvenirs de vacances à l’aquarelle

Je ne sais pas si c’est la crève récurrente du mois d’octobre, ou bien la baisse des températures, mais j’ai un violent besoin de penser à mes vacances ces temps ci. J’ai eu beau ronchonner sur les températures excessives de mon lieu de villégiature, ça me manque un peu.

La preuve? Je passe mon temps à faire des aquarelles de paysages marins, d’océan et de couchers de soleils tout chauds. Et en plus, j’ai eu envie de vous parler aujourd’hui de la façon dont je conserve mes souvenirs de vacances.

J’adore prendre des photos. du coup, quand je pars en vacances dans un endroit où je n’ai jamais été, je prends mon appareil photo et je mitraille. Lorsque les journées sont uniquement destinées au tourisme, c’est parfait. Par contre, lors de moments de détente, j’ai généralement la flemme d’embarquer mon gros reflex d’amour. Du coup, je prends quelques photos souvenirs avec mon téléphone et son appareil photo médiocre. (Au mieux, médiocre, au pire, tout pourri…) J’ai donc globalement énormément de clichés de mes vacances.

Oui, mais je ne les regarde jamais… Et du coup, comme tout le monde, j’oublie. C’est dommage quand même!

La solution que j’ai trouvé pour garder une trace de mes voyages :

C’est pourquoi avant mes dernières vacances, j’ai eu envie de tester quelque chose d’un peu nouveau pour moi. J’ai donc fabriqué un carnet bien solide, avec du papier suffisamment épais pour survivre à de l’aquarelle, et j’ai décidé de consacrer une page (ou bien une demi-page) de ce carnet à chaque journée de vacances. Le but n’étais pas du tout de les faire sur place. Si déjà prendre des photos me gave lorsque je suis en mode relax, ce n’est pas pour faire du dessin d’après nature. Mais plutôt de revoir les clichés pris à l’arrache avec mon téléphone et de les faire passer à travers le filtre d’une pratique artistique pour les fixer dans ma petite tête de linotte.

Et vous savez quoi? Et bien ça a plutôt bien marché en fait! Une page par jour, c’est très raisonnable, pas de pression. Et le fait de ne pas se forcer à la faire sur le moment m’a permis non seulement de mieux profiter de mes vacances, mais aussi de plus prendre mon temps pour réaliser ces petites aquarelles.

Alors clairement, ce ne sont pas mes plus grandes réussites artistiques, mais leur but n’est pas d’être réussies. Elles sont juste là pour  me servir de support pour me souvenir des jolis moments passés 🙂

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !