banniere-site

outils en toute sécurité

25 mai 2017 , In: DIY , With: No Comments
0

Houlà, ça faisait un bail que je n’étais pas passée par ici moi! Laissez moi retirer les toiles d’araignées qui traînent et dépoussiérer un peu tout ça, voilà, c’est mieux, installez vous, je vous en prie.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles que je me suis faite rare ces temps ci. Mon emploi du temps de fou de ces derniers mois joue sans doute un rôle là dedans , et le fait d’avoir l’impression de ne pas avoir grand chose d’essentiel à raconter surtout. Bon, et puis, un petit accident fâcheux en cuisine m’a valu un tour au bloc opératoire et une main droite pas très pratique à utiliser pendants quelques temps aussi. Heureusement que je suis gauchère! Je vous passe les détails, mais rassurez vous tout de même, c’est en bonne voie de guérison.

Ceci dit, c’est cet accident avec un objet très tranchant qui m’a donné l’idée de cet article, et donc, c’est quelque part grâce à lui que je suis de retour par ici. Je n’irai pas jusque remercier ma maladroitesse, mais j’essaie tout de même de trouver le positif dans cette situation. Tant que je n’aurais pas récupéré l’usage de tous mes doigts, je vais éviter le DIY, mais ça ne veux pas dire que vous, vous devez vous arrêter! Et puisqu’on parle d’objets tranchants et d’accidents, je vais profiter de ma malencontreuse expérience pour vous donner quelques conseils pour vous éviter les urgences. j’ai testé pour vous, dirons nous!

Vous vous direz peut être que vu l’état de ma main droite, je suis mal placée pour vous donner des conseils à ce sujet. Et c’est peut être vrai. Ceci dit, j’ai tout de même envie de vous rappeler que globalement, je manie beaucoup plus d’outils coupants/tranchants que la plupart des gens, que je bricole très souvent et que je n’ai pas peur de grand chose concernant les outils. Et mine de rien, c’est la première (et dernière 😉 ) fois que je me fais vraiment du mal. Qui plus est, je me suis attaquée toute seule avec un couteau de cuisine, et pas du tout pendant un DIY… Du coup, j’ai quand même encore les probabilités avec moi! (Mauvaise foi bonjour?)

On va arrêter avec l’intro la plus longue du monde, et attaquer le vrai contenu de l’article ok?

Conseil n°1 : de bons outils tu choisira

Je ne suis pas en train de dire qu’il faut que vous choisissiez des outils chers mais des outils de bonne qualité. Une lame bien droite et qui coupe convenablement par exemple. Entre un cutter « marque de distributeur » et un cutter de bonne qualité, il n’y a souvent que quelques centimes de différences. Quel prix vous donnez à votre index droit vous? (Si vous voulez une copie de la facture du chirurgien pour vous convaincre, ça peux s’arranger!)

Conseil n°2 : de tes outils tu prendras soin

Quitte à avoir payé un peu plus cher, autant ne pas avoir à les changer trop souvent. Cela signifie donc nettoyer lames et manches lorsqu’il sont tachés de peinture, de colle ou de tout autre substance qui pourrait nuire à leur tranchant ou bien au confort du manche?.

Conseil n°3 : un outil aiguisé tu garderas

Selon les outils, changer les lames régulièrement aide beaucoup, les aiguiser quand c’est possible aussi. Même si cela n’a pas été mon cas, c’est souvent à l’aide d’une lame émoussée que l’on se fait le plus mal. La lame coupe mal, on appuie trop fort, on contrôle moins bien son outil, et « BAM » accident… Dommage non? Cela aurait été tellement facile à éviter!

Conseil n°4 : un outil adapté à ton usage tu utiliseras

Il existe un outil pour chaque usage. Techniquement même, il existe plusieurs outils pour un même usage.  Généralement, la bonne pratique à avoir, c’est d’éviter les choses trop spécialisées, ou trop généralistes. Je ne dis pas qu’il faut avoir des milliers d’outils, mais par exemple, avoir une scie sauteuse avec une bonne gamme de lames variées selon les matériaux que l’on souhaite couper est un bon moyen de rentabiliser un achat un peu onéreux (l’appareil « scie ») en y ajoutant une gamme d’accessoires permettant de varier son utilisation. (Lames, guides de découpe…)

Conseil n°5 : des multi-outils de qualité tu privilégieras

Si vraiment vous n’avez pas les moyens d’investir, ou pas la place de stocker tout un atelier, je vous conseille de regarder un peu les outils « multi usage » qui peuvent être intéressants et faire gagner de la place. Par exemple, une dremel (outil rotatif avec pleins de têtes qui permettent de faire tout un tas de trucs) est hyper pratique lorsqu’on est en appartement, on peut, poncer, percer, découper, polir, limer avec et ça remplace tout un tas d’outils plus encombrants. En parlant de multi-outil, j’ai eu l’occasion de tester un des multi tool de la marque Leatherman, grand leader dans la catégorie je crois. Et j’ai compris pourquoi ils en sont leaders je pense. Je dois bien avouer qu’avec mon accident, j’ai quelques réticences à utiliser des couteaux en ce moment. (Vous la voyez l’ironie de la situation vous?) Et pourtant, dès la première prise en main, j’ai été hyper rassurée par le leatherman.

Le poids en main, sa taille parfaite pour mes mains (j’ai choisi un petit modèle, le SKELETOOL)et son acier inspirent la confiance. La sécurité permettant de bloquer la lame est simple à utiliser, elle semble tout à fait solide et fiable. C’est un concentré de fonctionnalités : lames, pince, tournevis, décapsuleur. Tout ça hyper compact et léger grâce à son design alvéolaire. (Parfait pour un sac à main… ou une poche de jean!)

J’étais habituée aux multi-outils  peu pratiques et fiables. (tournevis à tête interchangeable, je parle de toi!) Mais là, j’ai testé toutes les configurations du skeletool, et dans aucun cas il n’a été moins pratique que son équivalent « mono-usage ». Je suis assez bluffée, je dois bien l’avouer! Mon seul regret : je trouve les embouts des tournevis un peu difficiles à attraper dans leur petit rangement.

Mais je me dis aussi que c’est ce qui va garantir qu’il ne se baladeront pas dans ma poche!

Conseil n°6 : Les distractions tu éviteras

C’est certainement là que j’ai fauté le mois dernier. Je n’ai pas été assez attentive et croyez moi, j’aurais préféré m’en passer… On ne peux hélas pas être attentif à 100%, tout le temps. Néanmoins, on peut contrôler au maximum l’environnement dans lequel on travaille pour limiter les distractions. Eteindre la TV, ne pas tenir une discussion philosophique animée, s’éloigner des téléphone et des animaux de compagnie, éviter de faire 12 choses à la fois. Tout ça aide à maintenir sa concentration sur ce qu’on fait, et non pas sur notre environnement.

Conseil n°7 : un bon environnement de travail tu auras

On ne peux pas tous avoir un atelier, d’ailleurs, moi, je bricole dans mon salon. Néanmoins, il faut tout de même prêter attention à certains points qui évitent les ennuis.

  • Un plan de travail bien stable et solide
  • Un espace de travail bien éclairé. Le must : de la lumière naturelle bien répartie et venant de devant nous
  • Avoir un peu d’espace pour travailler et se déplacer autour du plan de travail
  • Un sol qui ne glisse pas (et pas trop galère à nettoyer… la menuiserie sur un tapis, c’est pas terrible, croyez moi!)
  • Des vêtements adaptés (Pas de manches trop larges, des tissus un peu protecteurs, des chaussures fermées…

 

Si vous avez d’autres conseils de sécurité, n’hésitez pas à me les donner en commentaires, ma liste n’est certainement pas exhaustive et je serais ravie de mettre mon article à jour avec vos suggestions!

A bientôt !

Rendez-vous sur Hellocoton !
There are no comments yet. Be the first to comment.

Leave a Comment